Incontinence

On parle d’incontinence quand on a des fuites d’urines qui échappent à notre contrôle. L’incontinence n’est pas à proprement dit une maladie, mais plutôt une conséquence d’une maladie ou d’un dysfonctionnement de l’organisme.

Comment se manifeste l’incontinence?
L’incontinence n’est pas spécifique à la ménopause, elle peut aussi survenir après un accouchement, mais est plus fréquente avec l’âge. Il existe trois sortes d’incontinence

L’instabilité vésicale
Elle se caractérise par l’envie fréquente d’uriner.

L’insuffisance sphinctérienne
Se manifeste par des difficultés à retenir les urines. En temps normal notre cerveau est capable d’ordonner à la vessie de retenir les urines.

L’incontinence urinaire d’effort
Les fuites d’urines se produisent lors d’un effort comme le fait de rire, pleurer, tousser ou de faire un effort physique sans qu’ on ne ressent une envie d’uriner au préalable. Parfois on ne sent pas qu’on a uriné mais on le découvre plus tard.

En cas d’insuffisance sphinctérienne la vessie échappe au contrôle de notre cerveau. On se trouve dans l’impossibilité de se retenir dès que l’envie se fait sentir.

Comment guérir de l’incontinence
En dehors de toute infection urinaire un apport en hormones peut résoudre le problème. Dans certains cas un traitement local peut s’avérer nécessaire.

Les problèmes urinaires peuvent aussi être soignés par la rééducation périnéale uro-gynécologique, le Biofeedback, l’électrostimulation fonctionnelle et en dernier recours la chirurgie.

Votre médecin peut aussi vous prescrire des antispasmodiques, des anticholinergiques, des anti-prostaglandines, ou alors des alpha-stimulants. La liste est longue! Certains de ces médicaments vont traiter l’instabilité vésicale, d’autres agir comme stimulant en cas d’insuffisance sphinctérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *